Billet d’humeur de Viala

Je cherchais des textes, des extrais de personnes qui se seraient déjà exprimées sur ce sujet:
Le travail.
Je suis tombé sur des textes religieux et pour ne pas faire la publicité de l’un ou de l’autre je vous donnerai mon avis, avec mes mots.

Qu’est-ce que le travail?
C’est faire ce qu’il faut pour subvenir à ses besoins et à ceux qui dépendent de nous.

OUI ou NON ?

Dans les temps les plus anciens travailler consistait à partir à la chasse ou à la pèche, a cultiver sa terre pour pouvoir survivre, car au début il s’agissait de survivre.
Sans évoquer que, petit à petit l’Homme s’est mis à faire des réserves puis à cotiser pour un jour ne plus travailler.
Il y a encore en Afrique beaucoup d’anciens qui ne travaillent plus et qui survivent grâce à leurs enfants qui les aident.

Mon humeur elle est là:

De quel droit un individu ou un groupe d’individu s’arroge*-t-il le droit de décider de qui travaille ou pas?

DE QUEL DROIT?

* ce mot m’est venu tout seul, je vous assure je n’ai pas fait exprès. J’ai vérifié quand même qu’il correspondait bien à ce que je voulais vous dire!

www.bandol-blog.com

10 commentaires sur “Billet d’humeur de Viala”

  1. B.M.

    “le travail, la rémunération et le système”

    En ce temps là, dans ces contrées, vivait une femme nommée Bersabée. Levée dès le point du jour, elle ne s’accordait de repos que lorsque la nuit avait enveloppé la vallée de son aile. Elle nourrissait de son lait ses enfants, les regardant pousser, droits comme de jeunes peupliers. Travaillant sans relâche dans la maison et dans les champs, elle apportait de tout son cœur soins et attentions à ceux qui, homme, enfant, bête ou plante faisaient partie de la maisonnée. Trouvant toujours du temps pour venir en aide à l’étranger. Son cœur était joyeux et son chant d’allégresse montait comme celui des oiseaux.
    Mais en ces temps et ces contrées, il lui fut fait reproche de ne pas travailler.
    -“Tu ne gagnes pas d’argent, donc, tu ne travailles pas.” Lui disait l’homme qui partageait sa vie.
    Bersabée laissa la maison et les champs et trouva un lieu où contre sa présence lui serait remis chaque mois une somme d’argent. L’homme se réjouit. On félicita Bersabée.
    Bientôt le champ fut couvert de ronces. Un marchand emporta les bêtes. L’argent que gagnait Bersabée fut redistribué aux personnes qui la remplacèrent, qui auprès de ses enfants, qui aux tâches ancillaires.
    Le chant de Bersabée s’était éteint. Elle n’accompagnait plus le soleil sur toute sa course diurne, Ses jours n’étaient plus rythmés que par les heures de présence .

    #8698
  2. GARRIDO

    Les mains d’Or – Bernard LAVILLIERS (bien mieux avec la musique !!!!!)

    Un grand soleil noir tourne sur la vallée
    Cheminée muettes – portails verrouillés
    Wagons immobiles – tours abandonné
    Plus de flamme orange dans le ciel mouillé

    On dirait – la nuit – de vieux châteaux forts
    Bouffés par les ronces – le gel et la mort
    Un grand vent glacial fait grincer les dents
    Monstre de métal qui va dérivant

    J’voudrais travailler encore – travailler encore
    Forger l’acier rouge avec mes mains d’or
    Travailler encore – travailler encore
    Acier rouge et mains d’or

    J’ai passé ma vie là – dans ce laminoir
    Mes poumons – mon sang et mes colères noires
    Horizons barrés là – les soleils très rares
    Comme une tranchée rouge saignée rouge saignée sur l’espoir

    On dirait – le soir – des navires de guerre
    Battus par les vagues – rongés par la mer
    Tombés sur le flan – giflés des marées
    Vaincus par l’argent – les monstres d’acier

    J’voudrais travailler encore – travailler encore
    Forger l’acier rouge avec mes mains d’or
    Travailler encore – travailler encore
    Acier rouge et mains d’or

    J’peux plus exister là
    J’peux plus habiter là
    Je sers plus à rien – moi
    Y’a plus rien à faire
    Quand je fais plus rien – moi
    Je coûte moins cher – moi
    Que quand je travaillais – moi
    D’après les experts

    J’me tuais à produire
    Pour gagner des clous
    C’est moi qui délire
    Ou qui devient fou
    J’peux plus exister là
    J’peux plus habiter là
    Je sers plus à rien – moi
    Y’a plus rien à faire

    Je voudrais travailler encore – travailler encore
    Forger l’acier rouge avec mes mains d’or
    Travailler encore – travailler encore
    Acier rouge et mains d’or…

    #8703

Laisser un commentaire

COMMUNIQUÉ

Agenda du mois

  • L'AGENDA

Metropole Var

  • Metropole Var

Urgences Bandol

  • URGENCES

Mon adresse IP

IP address

1 visiteur(s) en ligne actuellement
1 visiteur(s), 0 membre(s)
Maximum de visiteur(s) simultané(s) aujourd'hui: 7 , à 03:14 am UTC
Ce mois: 41 , à 06-04-2021 09:08 am UTC
Cette année: 74 , à 01-03-2021 06:52 pm UTC
Tout le temps: 6044 , à 01-26-2011 10:53 am UTC
%d blogueurs aiment cette page :
11134050