Le conseil municipal de Bandol du 26 septembre 2014

BC0R6552

En attendant de publier la vidéo de ce conseil municipal, je vous propose de l’écouter. Si quelques éléments des échanges vous ont échappé, vous pouvez les écouter tout à loisir.
1ere partie

2eme partie

3eme partie

4eme partie et fin.

VM-28-septembre Un clic sur l’image pour l’agrandir

37 commentaires sur “Le conseil municipal de Bandol du 26 septembre 2014”

  1. C.V.

    #28665
  2. Janine sauter-gilli

    Chère Véronique,
    C’est un exercice laborieux de vouloir défendre l’indéfendable, et c’est tout à votre honneur.
    Je voudrais seulement intervenir sur un point précis.
    J’ai lu vos explications et commentaires à propos de la « Convention opérationnelle EPF-PACA ».
    Vous évoquez les doutes de M. Le maire sur la possibilité de s’opposer à une expropriation décidée par l’EPF et vous envisagez les conséquences assez effrayantes de « familles bandolaises menacées d’expulsion », et encore « de familles victimes d’une convention signée aveuglément et dans la précipitation. »
    Et je m’interroge : cette convention vous a-t-elle bien été transmise avec les documents du conseil ?
    L’avez-vous lue ? Non, de toute évidence. Certes, elle fait 17 pages, ce qui est long. Et on ne peut pas vous en vouloir.
    Le maire l’a-t-il lue ?
    Parce qu’on note, Page 5, article 4 : “La démarche d’acquisition”, ces mots : « Chaque acquisition fera l’objet d’un courrier (ou d’une décision) précisant d’une part l’accord préalable du Maire de la COMMUNE. » En majuscules dans le texte.
    Et l’article 6 page 7 “Mise en œuvre de la phase réalisation” précise que l’ EPF ne pourra poursuivre sa mission que si la commune « b) approuve, par délibération du conseil municipal le projet, son pré-bilan et ses modalités de réalisation. c) décide, si nécessaire, une intervention par déclaration d’utilité publique en vue de la mise en œuvre opérationnelle du projet.»
    Vos propos ne sont pas très sérieux. Vous confondez allègrement préemption, expulsion et expropriation. Pourquoi vouloir effrayer les Bandolais, puisque la commune resterait maîtresse de son devenir ? On ne peut pas exproprier n’importe comment. Surtout que pour l’avenue du 11 novembre, sont concernés un immeuble mis en vente par son propriétaire, le terrain de GDF et les garages Rancurel.
    Quant à la précipitation aveugle… cela fait plus de deux mois que ce projet a été lancé, avec plusieurs réunions auxquelles le maire a participé avec les représentants de l’EPF qu’il aurait pu questionner. Et s’il a eu des doutes– c’est son droit– il y a, à 5 mètres de son bureau, les services de l’urbanisme, avec des gens compétents auxquels il aurait pu faire appel, sans attendre la veille au soir du conseil pour « travailler ».
    Dernier point, ce n’est pas un adjoint qui invite tel ou tel fonctionnaire territorial, ce sont les services de la commune.
    Si je puis me permettre, je vous suggèrerais, avant de signer un texte, de bien vous renseigner vous aussi.
    Tout ceci est consternant et l’avenir bien sombre! Qui pourrait s’en réjouir ?
    Bien cordialement
    Janine Sauter-Gilli

    #28658

Laisser un commentaire

COMMUNIQUÉ

Agenda du mois

  • L'AGENDA

Metropole Var

  • Metropole Var

Urgences Bandol

  • URGENCES

Mon adresse IP

IP address

1 visiteur(s) en ligne actuellement
1 visiteur(s), 0 membre(s)
Maximum de visiteur(s) simultané(s) aujourd'hui: 9 , à 04:16 am UTC
Ce mois: 78 , à 09-20-2021 03:57 pm UTC
Cette année: 78 , à 09-20-2021 03:57 pm UTC
Tout le temps: 6044 , à 01-26-2011 10:53 am UTC
%d blogueurs aiment cette page :
11134050