Réunion collectif SSB 23 juin

Du monde jeudi soir 23 juin à la réunion organisée par le Collectif Sud Sainte Baume à la salle des fêtes du Plan du Castellet… Environ 150 personnes au plus fort de la réunion… le sujet était bien entendu la réforme de l’intercommunalité et le projet présenté par le préfet fin avril, intégrant la Communauté de Communes de Sud Sainte Baume (CCSSB) dans une vaste communauté (qualifiée de métropole ou de mégapole par les divers intervenants) centrée sur TPM (Toulon Provence Méditerranée).

Dans l’assistance, outre de nombreux anonymes, quelques conseillers ou adjoints de communes de Sud Sainte Baume, venus (à l’exception de l’un d’entre eux, pour la mairie de SIGNES) à titre personnel. Pour BANDOL on notait la présence de Jean-Pierre HECQ (ancien conseiller municipal) et, du moins en début de réunion,celle du docteur JOSEPH.

La réunion était animée par Thierry BARTOLI du collectif … Comme intervenants deux conseillers régionaux (Christian DESPLA et Philippe CHESNEAU) , le président AMATO du collectif des propriétaires contre les feux de forêts, un représentant de l’association ARC en CIEL…

La réunion a débuté par une présentation rapide de la réforme et de ses enjeux pour les communes de Sud Sainte Baume. S’en est suivi un échange avec l’assistance… puis nouvelles interventions des animateurs, et nouvel échange avec la salle…

Que dire ?

Il y a eu unanimité pour dénoncer deux choses :
d’une part les délais extrêmement courts donnés aux communes pour formuler leur avis sur le projet du préfet… situation qualifiée de « passage en force » et de signe manifeste d’un recul par rapport aux textes sur la décentralisation ;
d’autre part l’emprise de la mégapole-métropole du nouveau TPM sur les communes de SSB… avec ses conséquences sur la ruralité .

La ruralité a en effet été mise en avant par tous les intervenants et personnes qui étaient dans la salle… Du spectre des tours, grands ensembles et citées, à la qualité de vie à sauvegarder, aux terres agricoles et à un monde et une culture auxquels on tient. La notion de proximité a été aussi souvent évoquée… La ville déciderait ainsi pour la campagne….

Les représentants du collectif ont insisté sur le caractère non partisan de leur démarche. Un représentant écologiste dans la salle a même ajouté que tous unis il était possible d’avancer et que l’unité était essentielle pour la réussite de la démarche entreprise contre le projet « technocratique » que l’on voulait ainsi faire passer en force. D’autres ont évoqué ce qu’ils ont dénommé « une baronnie » taillée sur mesure pour le maire de TOULON….

Un léger flottement s’est fait jour dans la salle, dans la mesure ou le collectif n’était pas venu avec des solutions et réponses toutes faites (en dehors d’une pétition (voir ci aprés)). Non . Pour les animateurs du collectif, cette première réunion était une prise de contact, une information sur ce qui se passait (se « tramait »). Une invitation était lancée à se manifester auprés des différents maires des communes concernées (on a cru comprendre dans la bouche de certains intervenants , que des pressions de divers ordres s’exerçaient sur certains maires et conseillers, … mais aussi que la majorité des maires sinon tous étaient contre le projet et qu’ils allaient se réunir dans les prochains jours) , à lancer le débat dans les différentes communes.

Dans un premier temps il s’agit d’ obtenir du préfet, un report des délais de réponse, et ce pour deux raisons :
-le manque d’informations précises sur les conséquences du projet sur les finances des communes -lancer le débat dans les communes sur un projet qui engage pour des décennies la vie de celles ci.

Des actions juridiques sont par ailleurs à l’étude (ainsi que cela est en cours notamment dans le Sud-Ouest), et il n’est pas exclu d’organiser, à TOULON, une grande manifestation contre le projet.

A suivre donc… Commencée à 18h15, la réunion s’est achevée deux heures plus tard….

Pour les contacts :

Pétition en ligne

Adresse email : collectifssb@gmail.com


Facebook

Prinz Karl

3 commentaires sur “Réunion collectif SSB 23 juin”

  1. […] que La ville ne décide jamais pour la campagne, la meilleure solution est de siéger dans ces nouvelles structures pour défendre bec et ongle, la […]

    #8133
  2. prinz karl

    Sur le manque d’informations précises, et notamment sur les conséquences financières, je vous renvoie au communiqué de l’association des maires des communes rurales et du topo dans ce blog même, hier.

    #8084
  3. De qui se moque-t-on?
    En démocratie, chacun a le droit de présenter ses arguments et tout le monde doit faire l’effort de les écouter. Mais quand même, il y a des limites à ne pas dépasser.Quand on présente en premier argument “un manque d’informations précises”, il serait plus juste de constater un manque d’intérêt pour le sujet car il faut rappeler que le principe du SDCI a été discuté et voté à l’Assemblée Nationale. Aujourd’hui ce n’est pas une lubie de Paul Mourier le Préfet du Var, mais l’application d’une loi. Quand on souhaite ensuite “lancer les débats”, voilà une bonne chose mais abordons tous les sujets. Pourquoi ne pas dire que certains “locataires d’hôtels de ville”, que certains fonctionnaires ou conseillers de Président voient une opportunité dans cette manipulation pour, à terme, se rapprocher des Bouches du Rhône. Au moins le débat serait clair et tous les citoyens pourraient se prononcer en toute connaissance de cause. Pour que La ville ne décide jamais pour la campagne, la meilleure solution est de siéger dans ces nouvelles structures pour défendre bec et ongle, la ruralité, les circuits courts, un urbanisme à taille humaine, un département et son histoire, un bassin de vie …vivable, etc.
    Dans le Var, nous avons de la chance d’avoir eu des Préfets comme Mr Parant et comme Mr Mourier pour que l’intérêt général ne se confonde pas avec la somme des intérêts particuliers.
    À Bandol, pour l’instant je n’ai entendu que Madame Connat-Lerat prendre position sur le sujet en défendant l’unité du département du Var, car en fait, là est bien le sujet que certains “professionnels de la politique” cherchent à nous cacher.
    Il reste à espérer que ces décideurs éclairés (Mourier, Connat-Lerat) ne cèdent pas à la démagogie et la désinformation de ceux qui sont grassement intéressés par des jetons de présence, des profils de carrière, des élections annoncées ou quelques menus avantages dont ils ne nous parlent jamais.
    Laurent di Gennaro

    #8082

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour écrire un commentaire.

COMMUNIQUÉ

Agenda du mois

  • L'AGENDA

Metropole Var

  • Metropole Var

Urgences Bandol

  • URGENCES

Mon adresse IP

IP address

1 visiteur(s) en ligne actuellement
1 visiteur(s), 0 membre(s)
Maximum de visiteur(s) simultané(s) aujourd'hui: 8 , à 12:55 am UTC
Ce mois: 17 , à 10-25-2020 11:16 am UTC
Cette année: 381 , à 01-26-2020 03:13 pm UTC
Tout le temps: 6044 , à 01-26-2011 10:53 am UTC
%d blogueurs aiment cette page :
11134050