On comprends mieux…

Pourquoi ils font tout ces efforts pour accéder à ces postes de responsabilité, député et sénateurs.
Et que lorsque le maire d’une commune assume en plus une telle responsabilité, ça aide…
C’est long, mais c’est très instructif.

Message:
Sur bandol-blog une petite info dans les infos rapides… la réserve parlementaire

On en apprend tous les jours… et la, après l’écrêtement, je dirais qu’on atteint le pompon (qui n’est sans doute que provisoire) sur les “privilèges” de ceux sensés nous représenter!

Et des petits articles éclairant comme celui là il y en a quelques uns, tous aussi savoureux… comme au niveau du Sénat avec… le rapporteur du budget (! bel exemple de transparence… lisez…):

Voilà la définition donnée par wikipedia de la réserve parlementaire pour les députés (c’est la même chose pour les sénateurs):

“Chaque année, une réserve parlementaire est attribuée aux parlementaires par la commission des finances (environ 90 millions d’euros pour l’Assemblée nationale et 55 millions pour le Sénat en 2006), qui est ensuite redistribuée soit directement par la commission des finances, soit par le président du groupe politique du député. La dotation de cette réserve est très variable selon les députés et peut être nulle pour les nouveaux membres du Parlement, ou aller jusqu’à 100 000 euros. L’utilisation de cette réserve est à la seule appréciation des parlementaires. C’est « un pouvoir de subvention donné aux élus » comme l’a déclaré Frédéric Lefebvre, ancien conseiller pour les relations avec le Parlement de Nicolas Sarkozy au ministère de l’Intérieur. Elle sert notamment à financer des projets municipaux”

Et si on cherche qui sont parfois les heureux bénéficiaires de cette manne parlementaire on y trouve même des associations!

On ne nous explique pas en quoi un parlementaire, qui n’est pas un élu local, peut ainsi “arroser” (je ne vois pas d’autre qualificatif) des associations…. parmi lesquelles on trouve des activités “savoureuses”:

Amical des cuisiniers de Saone et Loire (n° 498691096)
Ctr beaute cosmetic execut women fr à Neuilly sur Seine (n° 445376981)
Les amis de l’agneau de Pauillac (n° 423702612)
Confrérie du grenier médocain (n° 494168305)
LES AMIS DE L’OLIVIER DU PAYS DES VANS (n° 489907253)
et bien évidemment une multitude d’associations d’anciens combattants et de victimes de guerre

Bref une culture politique bien suivie des terres d’élection directe (députés) ou indirecte (sénateurs)

j’ai trouvé des varois (mais je n’ai pas lu toutes les listes, de par leur longueur)
AAVIV – Aide aux Victimes d’infractions du Var – Toulon (n° 338917362)

et parmi nos élus varois qui bichonnent leurs circonscriptions:
JS Vialatte1,
JS Vialatte2,
JS Vialatte3,
JS Vialatte4,
Philippe Vitel,
JS Vialatte5.
vous apprécierez le vocabulaire…le député “offre”… avec nos impôts, mais c’est un détail n’est-ce pas…
Enfin pour terminer un enregistrement d’un interview du président de la commission des finances à l’assemblée.

et: ça n’existe pas!!!

Nos débats communaux sur les subventions faites aux associations semblent dérisoires… Aucun contrôle, opacité totale dans l’attribution de ce qu’il faut bien qualifier “d’arrosage électoraliste” par nos élus nationaux… Les adhérents des associations sont peut être contents, ils se souviendront de leur député ou sénateur… sans penser qu’il s’agit de l’argent de leurs impôts… Acheter des voix…. autant déchirer sa carte d’électeur ou voter blanc….

PK

12 commentaires sur “On comprends mieux…”

  1. Janine Sauter-Gilli

    Là, je crois qu’on est en train de sombrer dans un beau poujadisme.
    A vous entendre, on croirait que les élus se mettent cet argent dans les poches!
    Je n’apprécie guère les termes utilisés: “ils arrosent” etc…
    Et l’échantillon donné des associations bénéficiaires n’est guère honnête: j’ai lu la liste entière : on se garde bien de parler des autres (98%)qui sont essentiellement des associations caritatives, qui aident les handicapés, qui aident à l’insertion etc… bref qui sont utiles à la société en intervenant dans des domaines où l’action de l’Etat est insuffisante. Les élus ne sont que les intermédiaires.
    Leur prêter des intentions électoralistes me semble méconnaître la réalité.Car la cible ne serait pas bonne: ces associations n’ont guère d’adhérents.Ce sont de structures, avec 2 ou 3 salariés.
    Un exemple: l’association “LAVIE” est une des “heureuses bénéficiaires” de cette “manne”: un petit local à Toulon, une personne à l’accueil pour aider gratuitement des personnes en grosse difficulté à retrouver un emploi.Et ils font un bon travail.
    Retour pour le député = 0. Les personnes placées par cet assoc. ignorent qui la subventionne, et les employeurs aussi – je viens de le découvrir.En plus, ils votent ailleurs!!!
    J’aimerais aussi qu’on arrête de prendre les électeurs pour de ânes.
    C’est vrai, la transparence doit être la règle, c’est le seul point avec lequel je sois entièrement d’accord.
    Quant à la “démocratie directe”, peut-être que c’était possible à Athènes, au IVème siècle avt JC, avec 30 000 citoyens…avec plusieurs dizaines de millions, ça s’appelle une utopie.
    A propos, qui a écrit cet article? CV, ou PK? ça n’est pas très clair…

    #9201
    • C.V.

      Bonjour Janine,
      les trois premières lignes sont de moi, ainsi que la mise en page du reste du message qui est de Prinz Karl.
      Christian Viala

      Ma réponse à votre réaction.

      ATTENTION !!!
      Il n’y a que la vérité qui blesse et pour illustrer mon propos je prendrai deux exemples:
      Pensez-vous réellement que si Maryse Lanfranchi suggère directement ou par ses propos, à ses 850 adhérents, de voter pour l’un ou pour l’autre cela sera sans conséquence, pensez-vous que si Marcel Bogi souhaite que ses “amis” choisissent l’un plutôt que l’autre lors d’élections, ils n’en feront qu’à leur tête?

      Penser cela serait faire preuve d’une grande naïveté et rappeler aux uns et aux autres que malheureusement de telles pratiques existent, n’est que dire la vérité.

      Et encore une fois, Janine, Maryse, Marcel et les autres…

      Il n’y a que la vérité qui blesse!

      #9203
      • franck bertoncini

        cv je connais pas mal de bandolais qui adere a ces associations et je peut te dire que meme si ils apprecis marcel et maryse lanfranchi ce n est pas pour ca qu ils voterons ou pour le maire en place ou pour marcel ,il y en a meme qui ne sont pas de bandol dans et qui on quand meme leur carte de menbre , moi se que j entend surtout dire c est que les bandolais veules vraiment du sang neuf et sa c est une constatation.

        #9205
        • C.V.

          Que l’on soit bien d’accord, Franck.
          Je ne reproche à personne surtout pas à Maryse quoi que ce soit
          Ce qu’elle fait pour son association, elle le fait bien, trés bien même avec l’aide de la mairie et à chaque fois qu’elle le peut, elle remercie le maire de son aide.
          Je ne reproche pas à Marcel d’avoir 500 amis, mais la question que je me pose:
          pourquoi cherche-t-on toujours à l’avoir comme partenaire lorsque les équipes se forment pour les élections?
          C’est juste une question.
          Entre parenthèse, je le remercie ici d’avoir penser à me souhaiter mon anniversaire.
          C’est le seul personnage politique bandolais à l’avoir fait sur le blog car d’autres l’ont fait par SMS.
          Il sait qu’il peut compter sur ma franchise, mon amitié, même si je ne fais pas partie de son cercle.
          Franchise et amitié ne font pas bon ménage, mais c’est lorsque ces deux se rencontrent, que l’on reconnait les vrais amis.

          #9207
          • franck bertoncini

            t inquietes CV je ne dit pas que tu fait des reproche et quand bien meme sa ne regarderai que toi. moi aussi j appreci ce que maryse fait pour son association et marcel si il a 500 amis c est qu ils doivent etre comptant de lui c est clair , je tenais juste a preciser que l on peut apprecier certaines personnes pour ce qu elle font ,ou son, tout en etend en desacord avec ses affinitees politique ou autre enfin moi c est comme cela que je vois les choses tu sais tres bien que je t appreci mais cela ne veut pas dire qu on puisse etre d accord sur tous .on peut etre un bon politicien tout en etend con dans la vie de tous les jours et vice versa . biz christian.

            #9221
          • franck bertoncini

            mais quand meme on a beaucoup de constat commun sur notre village et beaucoup d idees qui se rejoigne .(tu me prend pour un con lol )

            #9224
        • jmbourdon

          mr bertoncini vous avez trouvé la combine pour que l’on vous lise plusieurs fois. La première on conte lais fotes d’hortaugrafes qui sont trop nombreuses pour ne pas etre un jeu. ensuite on relit le texte, qu’il faut décrypter parfois.

          #9244
    • prinz karl

      C’est moi qui suit à l’origine de l’article.
      Vous avez raison de citer des associations dites “humanitaires”… j’en ai cité d’autres pour montrer la dérive totale de ce “système” dit de “subvention”.
      La question est de savoir à quel titre un élu de la nation (député ou sénateur) peut-il utiliser des fonds publics et ce de fait sans contrôle réel (voir les situations décrites).
      Autant je comprends qu’une commune, un conseil général ou une région attribuent des subventions (après débats et examens) et parce que c’est leur rôles en tant qu’institutions de collectivités locales territoriales, autant cette “réserve parlementaire” (réserve de quoi d’ailleurs) m’apparait être des plus critiquables. L’Assemblée comme le Sénat sont seuls à “gérer” leurs budgets, sans contrôle de quiconque sauf d’eux mêmes (et encore); c’est le principe de séparation des pouvoirs… Mais quand on s’abrite derrière ce grand principe pour refuser toute immixtion extérieure à l’exception en 2008 d’un audit volontaire de la Cour des Comptes (le contrôle n’est pas de droit, séparation des pouvoirs oblige),

      Assemblée : dérives budgétaires et incohérences

      Le contrôle est en fait “interne”… (*)

      La réserve parlementaire, ainsi que le montre la liste à la Prévert des subventions sert à tout et à rien, et c’est en ce sens que j’ai utilisé le mot “arroser”… Aucune logique, sauf celle de faire “plaisir” (et dans sa circonscription c’est mieux)… cette générosité aux frais du contribuable s’accompagnant bien évidemment d’une publicité dans le journal local.

      Que je sache quand la commune X ou Y donne une subvention on ne publie pas systématiquement dans la presse la photo des généreux conseillers qui ont voté la décision.

      Et puis il y a une logique à respecter me semble-t-il.

      Si nous sommes dans un régime de séparation des pouvoirs, cette prérogative de subventions devrait normalement relever du pouvoir exécutif et non du législatif.

      Et pour le Sénat la situation m’apparaît encore plus grave. Les sénateurs sont élus par les grands électeurs et notamment les maires. Ils ont ainsi la possibilité de faire bénéficier de fonds publics les maires qui sont leurs grands électeurs.Et là on est bien directement dans “l’arrosage”.
      Mêmes dérives pour les élections cantonales.Ainsi Nicolas Dhuicq est Député UMP de l’Aube, Maire de Brienne le Chateau, et Conseiller général, renouvelable en mars 2011. Dans sa campagne, il fait état, comme le rapporte L’est-Eclair/Libération Champagne, de son action “n’hésitant pas à rappeler les « 200 000 € de fonds parlementaires » injectés dans le canton”

      CANTONALES / Nicolas Dhuicq, cible préférée des opposants

      Je ne sombre pas dans le poujadisme, ni dans le populisme, et Janine Sauter-Gilli a raison de mettre en garde contre cette dérive. Je pense tout simplement que nos représentants (ici nationaux) abusent quelque peu de leurs prérogatives alors qu’ils devraient montrer l’exemple, sans être pour autant des êtres parfaits. Je préfère le coté rigoriste voire puritain d’un DOSIERE à ces pratiques dignes de la République romaine.

      Les sénateurs, ces déconnectés de la République

      (*)
      Ordonnance n° 58–1100 du 17 novembre 1958
      relative au fonctionnement des assemblées parlementaires.
      Article 7. − « Chaque assemblée parlementaire jouit de l’autonomie financière. Les crédits nécessaires au fonctionnement des assemblées parlementaires font l’objet de propositions préparées par les questeurs de chaque assemblée et arrêtées par une commission commune composée des questeurs des deux assemblées.
      Cette commission délibère sous la présidence d’un président de chambre à la cour des comptes désigné par cette juridiction.
      Deux magistrats de la cour des comptes désignés par cette même autorité assistent la
      commission ; ils ont voix consultative dans ses délibérations. Les propositions ainsi arrêtées sont inscrites au projet de loi budgétaire auquel est annexé un rapport explicatif établi par la commission mentionnée à l’alinéa précédent. »

      #9204

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour écrire un commentaire.

COMMUNIQUÉ

Agenda du mois

  • L'AGENDA

Metropole Var

  • Metropole Var

Urgences Bandol

  • URGENCES

Mon adresse IP

IP address

3 visiteur(s) en ligne actuellement
3 visiteur(s), 0 membre(s)
Maximum de visiteur(s) simultané(s) aujourd'hui: 6 , à 03:05 am UTC
Ce mois: 16 , à 10-08-2020 04:33 am UTC
Cette année: 381 , à 01-26-2020 03:13 pm UTC
Tout le temps: 6044 , à 01-26-2011 10:53 am UTC
%d blogueurs aiment cette page :
11134050