La journée de la Femme

Clic sur l'image pour aller sur le site.

Un peu d’histoire…

“Dans une totale spontanéité, en avril 1997, un premier groupe de “Mères” se réunit dans le bureau ordinaire d’un petit immeuble, rassemblées par l’angoisse et la rage d’avoir perdu leurs enfants.
Elles puisent leurs forces de leur impuissance révélée dans les files d’attente devant les bureaux officiels, aux portes des prisons ou sur les bancs des postes de police.
Elles commencent à comprendre que la tragédie qu’elles traversent, d’autres femmes, de plus en plus nombreuses sont en train de la vivre.

Alors, par petits groupes, elles parlent entre elles et se délivrent…

Un jour d’avril 1977, quatorze d’entre elles se retrouvent sur la place de Mai, au milieu de laquelle une pyramide symbolise la lutte pour l’indépendance.
Elles sont arrivées séparément, et n’ont avec elles que leur ticket d’autobus et leur carte d’identité.
elles n’ont pas de sac et portent des chaussures plates et légères, au cas il leur faudrait fuir rapidement. C’est malheureusement un samedi, mauvais jour pour solliciter une audience ou attirer l’attention des passants.

Elles profitent alors des semaines qui suivent pour contacter d’autres mères, et décident de se réunir nombreuses, le jeudi 30 mai 1977 sur cette place, centre du pouvoir militaire, mais aussi mémoire politique du pays.
La police arrive, mauvaise, et ordonne aux manifestantes de circuler. Ce qu’elles font, mais en file,
elles se mettent à tourner, bras dessus, bras dessous, comme par défi, et entament leur première ronde. Elles sont convaincues qu’il faut agir en plein jour et, sans vraiment en avoir conscience, contredisent formellement la philosophie du secret, base sur laquelle l’autorité exerce son pouvoir.

Le cœur, seul, parle.
L’émotion leur donne la force.

Le gouvernement les dénomma rapidement “las locas”, les folles, croyant les tourner en ridicule et décourager leurs sympathisants.
Mais les Mères continuèrent semaines après semaines à “circuler”.
Le mouvement prit doucement de l’ampleur. L’expression “folles de la place de Mai” fit le tour du monde, mais avec une connotation que le gouvernement argentin n’avait pas prévue : les Mères étaient de furieuses résistantes, leur “folie” était signe de santé, elles instituaient le droit à la rébellion.

La coupe du monde de football en 1978 en Argentine, la venue du Pape, le congrès international de recherches contre le cancer, etc… leur permirent d’accroître encore leur audience, auprès des
journalistes étrangers en particulier. La guerre des Malouines que la junte militaire avait “imprudemment” enclenché pour contrer le mécontentement grandissant de la population (des dizaines de milliers de personnes défilent à Buenos Aires en criant “Paix, Pain et Travail”) et provoquer une mobilisation patriotique, devient en fait le détonateur de la crise et signe la chute du pouvoir militaire.

24 heures après la reddition du général Menendez, la foule revient sur la place de Mai, mais en furie cette fois-ci.

Les “folles” ne sont plus seules…

info recueillies par Michelle Garrido

Tags: ,

3 commentaires sur “La journée de la Femme”

  1. C.V.

    La préférée de Jeanne

    Woman, I can hardly express,
    My mixed emotions at my thoughtlessness,
    After all, I’m forever in your debt,

    And woman, I would try to express,
    My inner feelings and thankfulness,
    For showing me, the meaning of success.

    Ooh, well well (bis)

    Woman, I know you understand,
    The little child, inside the man,
    Please remember, my life is in your hands,

    And woman, hold me close to your heart,
    However distant, don’t keep us apart,
    After all, It is written in the stars.

    Ooh, well well (bis)

    Woman, Please let me explain,
    I’ve never meant to cause you sorrow or pain,
    So let me tell you, again and again and again…

    I love you, yeah yeah,
    Now and forever,
    I love you, yeah yeah,
    Now and forever…

    #5697
  2. Ursus

    “moi, je me changerai en chien si je dois rester sur la terre…”
    Bien vu Uhlane!!!!!

    #5695
  3. Uhlane

    C’est une déclaration d’amour pas très conventionnelle (mais de la part de Renaud on ne pouvait pas avoir de la guimauve…)
    Je trouve que la chanson est pas mal pour illustrer la journée de la femme (sauf bien sûr qu’on la doit à Mme TATCHER !!)

    #5693

COMMUNIQUÉ

Agenda du mois

  • L'AGENDA

Metropole Var

  • Metropole Var

Urgences Bandol

  • URGENCES

Mon adresse IP

IP address

2 visiteur(s) en ligne actuellement
2 visiteur(s), 0 membre(s)
Maximum de visiteur(s) simultané(s) aujourd'hui: 3 , à 12:02 am UTC
Ce mois: 16 , à 09-07-2020 11:21 am UTC
Cette année: 381 , à 01-26-2020 03:13 pm UTC
Tout le temps: 6044 , à 01-26-2011 10:53 am UTC
%d blogueurs aiment cette page :
11134050