Jour de l’An en provence.

Bouano annado !
si cridavo à passa-tèms lou jour de l’an en Prouvènço à butis aquèlei que si rescountravon de bouan matin pèr carriero.Vous la souvèti bèn bouano ! E o ! buti lei vo èron permès pèr la nouvello annado.
A chascun son pantai : uno recouardo abelano, de bèllei meissoun pèr aquéu, uno istôri d’amour pèr aquelo d’aqui, un maridage, un bel enfant, Lino bouano santa, d’argènt e encaro d’àutrei que noun sai.
Tôuteis avien en bouco lei fourmulo counsacrado.
Aquéu jour si vanegavo fouaço sus lei camin de Prouvènço, pèr ana vesita la famiho; leis ami, e li adurre aquéu rituau meissàgi de bounur. Aquelo usanço es pas gaire nouvello, lei rouman adeja si souvetavon bounur e santa e si mandavon tôutei merço de presènt que li disien strenae.
Lei prouvençau an garda lou biai latin pèr nouma lei douno de la nouvello annado : leis estreno fasien partido dei delicatesso que si fasien entre vesin, ami e parènt. Lei mestresso d’oustau si dounien proun de mau pèr alesti leis estreno que n’en voulien gratifica lei que li agradavon.
Que falié counfeciouna de pastissarié qu’èron speciait à-n-aquéu jour. Li dounien lou noum de poumpo. Es un mot que vèn dôu gre e servié à designa tout ço qu’èro manda emé soulenita. La counfecien d’aquèlei poumpo coumençavo lou 23 de desèmbre, pèr festeja Nouvé, mai lei mestresso d’oustau countinuavon à n’en faire fin qu’au proumié de l’an. Dins d’àutrei caire de Prouvènço la lipetatrié tradiciounalo èro la fougasso, noum eireta de fungosus que vôu dire espoungous. Aquèlei fougasso vanegavon d’uno famiho à l’autre e si tastavon après lou gau ei castagno vo ei rabasso. A la debuto clew siecle aquèlei coustumo si soun degaiaido e leis estreno soun vengudo, aro, de douno d’argènt vo de bono pèr leis enfant.
Lei micho vo nicho que lei meinagièro dei ribo de Duranço alestissien, an uno ourigino que remounto à la nue dei tèms. Eron de meno de pan couni coumpausa de rodo de mai en mai pichouno que si pausavon l’uno sus l’autro. A la cimo la pastissièro li boutavo un rampau de verbouisset. Aquel usàgi vèn sènso doute, d’uno coustumo druidico pèr ounoura uno divinita que li disien !bon e qu’èro ounourado dins lei fourest alentour de Lambesc.
Leis enfant tenien uno grando plaço dins lei fèsto dôu jour de l’an. Dins leis Aup¬Maritimo, chascun anovo rendre vesito à soun pèirin pèr lei garçoun, vo à sa mèirino pèr lei fiho. Lei pichoun prouvençau avien butei dre à uno pichouno estreno aquéu jour.
Mai butis aquèlei fèsto fasien pas oublida lei paure, e chascun gardavo uno partido pèr èlei. Lei paure e lei mendicant que venien pica à la pouarto dei mas e bastido de Prouvènço lei jour de fèsto èron counsidera coumo lei represèntant de Diéu, e d’abord que Diéu èro esta abelan, falié l’èstre de vers lei malurous. Souvèntei fes lei famiho dôu pessu fasien de pan de quinge à vint livre que li disien pan calendau e qu’èron distribui à n’aquèlei que n’avien besoun.

Prouvèrbi : Fau prendre lou tèms coumo es, leis argènt coumo venon e lei gènt coumo soun.

NDC: j’ai juste compris le proverbe, Salvatore nous donnera la traduction, il me l’a promis.

3 commentaires sur “Jour de l’An en provence.”

  1. MANZONI Salvatore

    Bouano annado en toutèi bravèi gent de Bandol Blog:je ramasse les copies ce soir et “deman vous mandi la revirado” (demain je vous envoie la traduction!
    Ben amistousamen
    SM

    #4502
    • Jean-Pierre HECQ

      Buono annado Salvatore
      ai pas apeita vespre per rendre ma copi; es acqui dessouto. Mi sies ben ajuda eme lou Pitchot Tresor de Moussu l’Abat de Fourvieres, mai ai pas tou trouba…
      Buono anado a touti le Blogaïre.

      Une bonne année!
      Crions nous à longueur de temps le Jour de l’An en Provence à tous ceux que nous rencontrons de bon matin en chemin. Je vous la souhaite bien bonne! Eh oui! Tous les vœux sont permis pour la nouvelle année.
      A chacun son rêve: une gentille recouardo, de belles moissons pour ceux -ci, une histoire d’amour pour celui-là, une mariage, un beau petit, une bonne santé, de l’argent et encore d’autre que je ne sais…
      Tous ont en bouche les formules consacrées. Ce jour là, on vient nombreux sur les chemins de Provence, pour aller visiter la famille, es amis, et leur apporter ces messages rituels de bonheur. Cet usage n’est guère nouveau, le romains se souhaitaient déjà bonheur et santé et s’envoyaient toutes espèces de présents qu’on appelait les étrennes.
      Les provençaux on gardé la façon de faire latine pour dénommer les cadeaux de la nouvelle année: les étrennes faisaient partie des délicatesses qu’on se faisait entre voisins, amis et parents. Les maîtresses de maison se donnaient beaucoup de mal pour préparer les étrennes dont elle voulaient gratifier ceux qu’elle aimaient.
      Il fallait confectionner des pâtisseries qui étaient spéciale à ce jour. On leur donnait le nom de Pompes. C’est un mot qui vient du grec et qui sert à désigner tout ce qui est envoyé(?) avec solennité. La fabrication de cette pompe commençait le 23 décembre, pour la Noël, mais les maîtresses de maison continuaient à en faire jusqu’au 1° de l’an. Dans d’autres coins de Provence, la petite friandise traditionnelle était la fougasse, nom hérité de fungosus qui veut dire spongieux. Ces fougasses se donnaient d’une famille à l’autre et elle se mangeait après le coq au châtaignes ou à la truffe. Au début du (20°) siècle cett coutume s’est perdue et les étrennes sont devenu, alors, de donner de l’argent ou des bonbons pour les enfants.
      Les miches ou niches que les ménagères des bords de Durance préparaient, ont une origine qui remonte à la nuit des temps. C’étaient des sorte de pains en cônes, composés de rondelles de plus en plus petites qui se posaient l’une sur l’autre. A la cime, la pâtissière mettait un rameau de petit-houx. Cet usage vient, sans doute, d’une coutume druidique pour honorer une divinité qu’on appelait (!bon) et qui était honorée dans le forêts autour de Lambesc.
      Les enfants tenaient une grande place dans les fêtes du jour de l’an. Dans le Alpes Maritimes, chacun allait rendre visite à son parrain pour le garçons, ou à sa mar-raine pour les filles. Les petits provençaux avaient droit à une petite étrenne ce jour la. Mais (butis?) cette fête, il ne fallait pas oublier les pauvres, et chacun gardait une part pour eux. Les pauvres et le mendiants qui venaient taper à la porte des mas et bastides de Provence les jours de fête étaient considérés comme les repré-sentants de Dieu, et de même que Dieu avait été géné-reux, il fallait l’être envers les malheureux. Souvent, les familles de qualité faisaient des pains de quinze à vingt livres qu’on appelait pain calendal et qui était distribué à qui en avait besoin .

      #4507
      • MANZONI Salvatore

        Ben lou bouanjour Jan Pèire,
        aco m’agrado de counouisse quaucun que parlo la lengo mèiralo,m’avès taia l’erbo souto lei godasso e vous dieu gramaci per aco.
        Esperi qu’un jour poudren si vèire.
        Gramaci e à benlèu
        SM

        #4508

COMMUNIQUÉ

Agenda du mois

  • L'AGENDA

Metropole Var

  • Metropole Var

Urgences Bandol

  • URGENCES

Mon adresse IP

IP address

6 visiteur(s) en ligne actuellement
6 visiteur(s), 0 membre(s)
Maximum de visiteur(s) simultané(s) aujourd'hui: 9 , à 11:49 am UTC
Ce mois: 16 , à 09-07-2020 11:21 am UTC
Cette année: 381 , à 01-26-2020 03:13 pm UTC
Tout le temps: 6044 , à 01-26-2011 10:53 am UTC
%d blogueurs aiment cette page :
11134050