En réponse à Mireille – signé Max Moutte

En réponse à Mireille sur son commentaire dans l’article “Alors, là, j’hallucine!”

Chère Mireille.
Je suis satisfait et agréablement surpris à propos de ton intervention sur les notions de l’identité et sur la signification du terme « être bandolais » galvaudé surtout au moment des élections.
être bandolais, (Origine de naissance ou non) : c’est aimer son village et l’aider à rester vivant et agréable à tous, vrais ou moins vrais natifs.
Ton libellé développe ce que j’ai toujours exprimé: se plaire et s’intégrer à la communauté du lieu de sa résidence, et participer judicieusement à ses actions.
‹ –Vous, qui avez quitté Bandol depuis quarante ans et plus, sachez accepter les changements apportés par d’autres que vous car sans eux, Bandol serait mort.
Hélas cette acceptation est pour certains reconnaître la perte du prestige de leur propre identité, leur personnalité, car ils vivent sur le nom de leur famille qui ont participé à la vie locale ou n’ont jamais rien fait – mais le nom subsiste.
‹Mais qu’il soit né ou pas à Bandol, qu’importe !
Le vrai bandolais est celui qui aime son village et qui l’aide à vivre en s’impliquant dans des associations ou en participant à des actions que d’autres ont pris la peine de mettre en place.

Depuis 1954, toutes les générations naissent dans les maternités voisines et sont déclarées de ce lieu ( Ollioules – Toulon) ; Mais ils ont toujours résidé à Bandol.
‹Sachons accueillir les nouveaux venus avec chaleur et cessons de les traiter d’étrangers, de marseillais ou de parisiens.
Ceux qui sont considérés comme étrangers communaux peuvent être de votre généalogie familiale : honorons et remercions ces familles originaires de l’Italie qui ont fait prospérer le village par leur profession.
Ils représentent environ de 1880 à 1900 = 30 familles & de 1920 à 1950 = 350 à 400 familles.
EN 50 ans = + de 500 familles.
‹-J’en connais qui sont nés à Bandol, qui ont quitté Bandol pour leur situation et qui viennent passer leur retraite après quarante ans d’absence, ça a été leur choix.
Mais quant à critiquer ce que font ces « étrangers » venus de Marseille ou d’ailleurs et qui ont bâti leur vie à Bandol…je ne suis pas d’accord.

Ce sont les plus revendicatifs de leurs origines (bandolaises) inconnus pendant plusieurs décennies de présence (involontaire ou non) mais pire sont ceux qui arrivent de tous horizons et qui par leurs premières paroles ou activités portent un jugement critique sur les élus et ceux qui se mettent aux service de la communauté.
Ma famille est bandolaise, car mes sœurs sont nées à la maison, au quartier de l’Escourche à Bandol & moi, j’ai été bandolais à l’âge de six mois, et mon fils né à à l’âge de cinq jours, car né à Toulon.
Nous n’avons connu que Bandol –

Max MOUTTE.

4 commentaires sur “En réponse à Mireille – signé Max Moutte”

  1. MOUTTE Max

    monsieur ANDRE.

    je completrai votre souhait par un document personnel – pour me joindre – maxalex1@free.fr – et pour tous une carte postale rare et d’une rue portant le nom d’un bienfaiteur communal dont j’ai fait sa biographie.

    chistian joint la carte postale de BANDOL de JADIS à BANDOL AUTAN
    cordialement Max MOUTTE

    #660

Laisser un commentaire

COMMUNIQUÉ

Agenda du mois

  • L'AGENDA

Metropole Var

  • Metropole Var

Urgences Bandol

  • URGENCES

Mon adresse IP

IP address

6 visiteur(s) en ligne actuellement
6 visiteur(s), 0 membre(s)
Maximum de visiteur(s) simultané(s) aujourd'hui: 24 , à 04:59 am UTC
Ce mois: 41 , à 06-04-2021 09:08 am UTC
Cette année: 74 , à 01-03-2021 06:52 pm UTC
Tout le temps: 6044 , à 01-26-2011 10:53 am UTC
%d blogueurs aiment cette page :
11134050