Droit de réponse

Tout va très bien dans le meilleur des mondes, c’est notre maire qui le dit sur son blog. Il y cite un passage d’un article que j’avais écrit sur le concert de jazz à Ollioules, constatant un « calendrier un tantinet clairsemé des animations de qualité à Bandol cet été ».
Il est bien connu que les chiffres sont là pour leur faire dire ce que l’on veut, et notre maire actuel est réputé pour bien aimer les chiffres.

Vous dites donc dans vos chiffres, Monsieur le Maire, que la fréquentation hôtelière à Bandol est en hausse de 3% et un peu plus loin qu’elle est en hausse de 20% dans le Var : c’est donc que 85% de ces nouveaux touristes ne sont pas venus à Bandol et ont préféré nos voisins proches…et pourtant ces chiffres ont l’air de vous satisfaire, seriez vous également victime du coup de chaud ?

Moi aussi j’aime bien les chiffres, mais je préfère les gens, ceux de la vraie vie, ceux que je rencontre chaque jour et qui vivent et travaillent à Bandol.
Et ceux-là me disent dans une immense majorité, pour ceux qui y travaillent, que cette saison est la pire depuis 30 ans avec un niveau de clientèle en baisse vertigineuse.
Pour ceux qui y vivent ou viennent en vacances, ils me disent que niveau spectacles et animations, cela n’a rien à voir avec ceux des années précédentes, années où le service Animation de la mairie s’occupait seul et très professionnellement de nous concocter une saison “spectaculaire”, alors qu’en 2015 chacun sait que ce n’est plus le service Animation qui gère les animations. Bizarre, vous avez dit bizarre ?

Vous aviez l’air très satisfait, lors de vos vœux à la population, des deux concerts pour les jeunes, parking du Casino.
J’y ai personnellement vu circuler beaucoup d’alcool fort et produits illicites, je trouve cela un peu choquant pour nos jeunes…

Vous ne pouvez pas être responsable de tout, Monsieur le Maire, mais je ne crois pas au hasard et en tant que personne en charge de la plus haute fonction de notre ville, vous êtes responsable de ce qui s’y passe et de la perte d’image de notre station au niveau local et national. Quant aux étrangers, ils ont quasiment disparu de nos commerces.

Dans la vraie vie, quand des dirigeants obtiennent de mauvais résultats, ce sont eux qui sont désignés comme responsables, pas les sous-fifres.
On peut donc légitimement s’interroger : une mairie est-elle dans la vraie vie ?

Certains verront à tort dans ce message une visée politique, pour moi il représente un droit de réponse et surtout le coup de gueule d’un Bandolais qui a passé les 34 dernières années à vivre et travailler dans une ville qu’il aime mais qu’il voit dépérir à grande vitesse.

Patrick Durville

Ce droit de réponse aurait dû figurer sur votre blog, Monsieur le Maire, mais votre blog n’est pas un blog, plutôt une tribune politique, puisque vous y interdisez apparemment tout commentaire à vos billets qui deviennent ainsi des “dogmes”.

9 commentaires sur “Droit de réponse”

  1. Patrick Durville

    Nathalie,

    tu confonds “coup de gueule” et “coup de sang” !
    Le coup de gueule se définit plutôt comme l’expression d’un mécontentement par des propos dits sur un ton plus élevé qu’à l’habitude. Ce qui n’empêche pas d’être objectif et permet de dire enfin ce que l’on a envie de dire depuis longtemps.
    Tu me soupçonnes de non-objectivité, mais alors comment dois-je jauger ton objectivité quand on connait tes liens d’amitié avec le maire actuel ?

    Je suis d’accord avec toi que le déclin de date pas de l’arrivée du nouveau maire, mais je confirme mes dires précédents, comme quoi je n’ai jamais entendu autant de commentaires aussi mécontents des Bandolais et touristes depuis quelques mois, et comme je le dis le seul responsable du résultat de l’action d’une équipe est celui qui en est à la tête. A lui de faire les bons choix et de prendre les bonnes décisions.

    Pour finir, je vous propose un petit jeu : tapez “coup de gueule” dans Google et regardez la 1ère image qui sort

    Amicalement,
    Patrick

    #74422
    • Nathalie Caune

      Patrick,
      Je ne prétend pas à une objectivité envers Jean-Paul Joseph, mais je considère que la faillite des élections municipales de 2014 est imputable collectivement à l’ensemble de ses acteurs.
      La gestion de la ville est prêtée par vote citoyen à une équipe. Cette équipe-là, dans son ensemble, a failli.

      Il me semble impossible de vanter le principe d’une gouvernance communautaire pour ensuite s’acharner à montrer du doigt un seul responsable de l’échec de tous (électeurs compris). C’est incohérent. Pour se sortir de la situation actuelle (qui fait, il est vrai, énormément de mécontents -c’est le moins qu’on puisse dire-, à en juger même par “l’Appel bandolais du 21 septembre” ), il faudra pourtant que chacun se remette en question, en vue des nouvelles élections…

      Toujours amicalement 😉

      #74424
      • Patrick Durville

        Alors là nous sommes d’accord,sauf sur le point où tu penses que tout le monde devra se remettre en question.
        crois en mon expérience de 4 ans de travail avec eux, un politique se remet rarement en question, tous bords confondus

        #74426
        • Jean Sarrat

          Vous avez tous les deux l’approche qu’il convient pour un changement radical des mentalités.Être pour l’un ou l’autre n’a pas d’importance, ce qu’il faut impérativement, comme nous le disons dans l’appel du 21 Septembre-qui regroupe des partisans de l’un ou l’autre, et j’en fait partie!-c’est arrêter de croire en ces alliances toxiques de second tour. Pourquoi ne pas avoir le courage d’aller à 29 jusqu’au bout de l’épreuve? Le changement des mentalités (Bandolaises) commencera par là, ça c’est le respect des engagements annoncés. Alors, alors et bien moi j’y crois…

          #74427
  2. Nathalie Caune

    Patrick,
    un coup de gueule étant par définition un mouvement d’humeur cela peut nuire à une objectivité d’analyse.

    Le déclin de Bandol ne date pas d’aujourd’hui ! Il me semble même que sur ce blog Christian s’adressa à M Palix, alors maire, en des termes similaires [ http://www.bandol-blog.com/?p=30811& ] et c’est sous son mandat qu’est née la page fb au nom éloquent du “Collectif pour la survie de Bandol”. Depuis 50 ans à Bandol, les municipalités successives se raccrochent à un lustre de la première moitié du XXe siècle disparu à jamais, où un petit port de Provence offrait tranquillité et authenticité à ses quelques visiteurs.
    Depuis, c’est sur sa carcasse que se disputent les corbeaux pour quelques miettes de pouvoir (s’imposer décisionnaires dans un CM pour voter le budget de sacs à crottes ou quelques bouteilles d’eau) ou pour le peu de foncier encore disponible sur les 9kms2 de la commune, fut-ce au mépris de la sécurité générale (risque accru d’inondations et d’incendies).
    Aujourd’hui un choix a été fait depuis longtemps, par la volonté toute puissante des chiffres sonnants et trébuchants et par des maires successifs otages d’une société de consommation, d’un tourisme de masse où la quantité (de visiteurs ou d’animations) détermine la réussite d’une saison plutôt que la qualité. Les files interminables de voitures en été (comme hier), où l’exaspération n’est pas forcément à la hauteur culturelle, en donnent la mesure !

    C’est ce genre de considération furibonde ciblée qui empêchera toujours Bandol de se remettre en question quant à une vraie politique culturelle et touristique à long terme.

    Amicalement,
    Nathalie

    #74419
    • C.V.

      C’est bien de nous rafraichir la mémoire.
      Comme avec Christian Palix, j’ai eu de nombreux entretiens avec Jean Pau Joseph. Avant eux, lorsque j’étais président des commerçants, l’ABCA, seul Xavier Suquet qui était soucieux du devenir de notre commune et du commerce en particulier m’avait prêté une oreille attentive.
      A l’époque c’était Jean Pierre Seret qui était adjoint au commerce.
      L’année dernière j’avais relancé, avec l’aide de l’équipe à Laetitia Quilici et beaucoup d’autres personnes bienveillantes, la “Voile d’Or de Bandol”.
      Cette année ce ne sera pas moi.

      #74429
      • Jean Sarrat

        Petit commentaire sur rafraichissement de mémoire…Quand Monsieur PAECHT était Maire de Bandol, 2ième mandat (1989-1995)il avait qualifié le quai De Gaulle et les devantures de l’époque affichant des prix “à la chaussure André”: 39,99 frcs…18,95frcs etc…de copie du quartier de Belsunce à Marseille.
        Aujourd’hui comparons “Belsunce” et “Bandol”: Bandol n’a pas bougé….! Mais voire Belsunce et notons le chemin parcouru qui aurait dû profiter aussi à Bandol.
        Quelques devantures et surfaces ont fait l’effort mais combien sur combien?

        #74434
        • C.V.

          Je les ai tous connus…
          Depuis Monsieur Paecht le premier qui avait fait faire des études pour réaméhager le quai de Gaulle côté commerce,.
          Tous ont fait faire des études.
          Les yeux dans les yeux, j’ai dit à Monsieur Palix qu’il serait celui qui y arriverait.

          Je ne désespère pas.

          J’ai voté pour lui contre Monsieur Barois parcequ’il avait dans son équipe Marcel Bogi.
          J’ai voté Laetitia Quilici contre Monsieur Palix, malheureusement elle s’est associée à Jean Paul Joseph.
          On voit où ça nous a mené.

          La morale: chaque fois je me suis fait avoir!

          #74438
  3. Jean Sarrat

    @Patrick,
    Je partage ta conclusion, nous ne sommes plus au temps des tracts à monologue; soit on accepte l’échange écrit-mais sur des bases saines interdisant l’anonymat- soit on en reste à l’échange verbal.
    Ces versets qui enferment dans la pensée unique: c’est dépassé!

    #74415

COMMUNIQUÉ

Agenda du mois

  • L'AGENDA

Metropole Var

  • Metropole Var

Urgences Bandol

  • URGENCES

Mon adresse IP

IP address

3 visiteur(s) en ligne actuellement
3 visiteur(s), 0 membre(s)
Maximum de visiteur(s) simultané(s) aujourd'hui: 5 , à 12:55 am UTC
Ce mois: 16 , à 09-07-2020 11:21 am UTC
Cette année: 381 , à 01-26-2020 03:13 pm UTC
Tout le temps: 6044 , à 01-26-2011 10:53 am UTC
%d blogueurs aiment cette page :
11134050