Cela vous concerne aussi!

Clic sur l'image pour voter.


Cela vous concerne aussi ou vous concernera un jour, directement ou indirectement.
J’ai profité de ma grand-mère jusqu’à ses 94 ans.
Lorsqu’elle a été emmenée à l’hôpital après une vilaine chute, elle n’y est restée que 2 mois.
Elle s’est laissée partir, car elle ne voulait pas vivre couchée dans un lit et surtout n’être de charge pour personne et surtout pas pour ses petits et arrières petits enfants.
Nous devrions avoir au moins la possibilité de décider de notre vie ou de notre mort lorsque nous arrivons au bout.
Pour ceux qui l’ont connue, on l’appelait “mémé roume”.

Christian Viala

4 commentaires sur “Cela vous concerne aussi!”

  1. Michèle GARRIDO

    Et pourtant il y a une loi qui existe :

    Que dit la loi?
    L’euthanasie active est interdite en France, et reste assimilée à un homicide volontaire. Mais la loi Leonetti de 2005 a autorisé sa forme dite «passive». Ainsi, il est devenu possible, dans le cas d’une personne en fin de vie, de limiter les soins, qui «ne doivent pas être poursuivis par une obstination déraisonnable. Lorsqu’ils apparaissent inutiles, disproportionnés ou n’ayant d’autre effet que le seul maintien artificiel de la vie, ils peuvent être suspendus ou ne pas être entrepris.»

    En pratique, que se passe-t-il?
    En vigueur depuis six ans, la loi Leonetti est encore méconnue, y compris par les professionnels de santé, et les dispositions limitant l’acharnement thérapeutique sont donc peu appliquées. Par ailleurs, le nombre de lits de soins palliatifs (d’accompagnement pour les patients en fin de vie), en augmentation, est actuellement insuffisant pour satisfaire toutes les demandes. Sur le terrain, de nombreux soignants témoignent que des euthanasies actives sont pratiquées en toute illégalité. Certaines personnes se rendent dans les pays européens ou le suicide assisté est légal, comme la Suisse.

    Que contient la proposition de loi?
    Le texte, déposé par des sénateurs de tous bords, propose dans son article premier que «toute personne capable majeure, en phase avancée ou terminale d’une affection accidentelle ou pathologique grave et incurable, lui infligeant une souffrance physique ou psychique qui ne peut être apaisée ou qu’elle juge insupportable, peut demander à bénéficier, dans les conditions prévues au présent titre, d’une assistance médicalisée permettant, par un acte délibéré, une mort rapide et sans douleur.» Cet article a cependant été supprimé par un amendement adopté en commission, avant même le début les débats.

    #9587
  2. Michèle GARRIDO

    Je suis allée sur leur site.
    Pour ne pas (plus) soulever de polémique je ne m’étendrai pas sur le sujet. Mais d’après le résultat de la pétition 93 % des gens qui ont répondu seraient favorables à l’euthanasie.
    Pourquoi le gouvernement n’envisage pas d’autres pistes comme en Suisse, tel que le « suicide assisté » quoique là aussi il y a matière à discussion……
    «  Nous devrions avoir au moins la possibilité de décider de notre vie ou de notre mort lorsque nous arrivons au bout ”

    si on le peut encore, faire appel à « notre libre arbitre”

    #9583
    • Salvatore MANZONI

      Bonjour Michèle,bonjour les BB,
      j’ai eu trois personnes dans mon entourage qui sont parties de ce qu’on appelle pudiquement “une longue et cruelle maladie” notamment mon grand-père,et je me souviens que malgré l’amour que je leur portais et que je leur porte encore,je me languissais de les voir pousser leur dernier souffle de douleur pour qu’ils aient enfin la paix.Je tiens à préciser que ce sentiment me concerne uniquement mais entre le début déclaré de la maladie et la fin j’ai assisté à une dégénérescence d’un être cher à tout point de vue:médicalement je savais qu’il n’y avait plus d’espoir,affectivement j’avais une main de plus en plus maigre à tenir,c’était mon unique soutien mais cela valait-il tant de souffrance? A cette époque j’aurais bien aimé avoir un médecin qui aurait fait une piqûre pour arrêter décemment la souffrance de l’homme que j’ai tant aimé mais “dura lex,sed lex”:il faudra bien que la législation change et qu’un médecin qui avant tout est un être humain puisse avoir les coudées franches pour abréger ces situations dramatiques.Un urgentiste malheureusement stoppe une tentative de réanimation quand il s’aperçoit que le patient ne pourra pas vivre et la loi lui fout la paix.Ne sommes-nous pas non plus victimes d’une culture judéo-chrétienne qui empêche d’admettre cette nécessité face à la souffrance? En écrivant ces mots je ne jette la pierre à personne.
      Ce n’était que mon avis.
      Bonne journée
      SM

      #9584
  3. Carine

    c’est un débat qui fait pas mal de remous “l’euthanasie” mais il existe des medecins qui dans certain cas préfère ne pas faire souffrir les gens malheureusement ce n’est pas la politique de la France

    #9578

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour écrire un commentaire.

COMMUNIQUÉ

Agenda du mois

  • L'AGENDA

Metropole Var

  • Metropole Var

Urgences Bandol

  • URGENCES

Mon adresse IP

IP address

0 visiteur(s) en ligne actuellement
0 visiteur(s), 0 membre(s)
Maximum de visiteur(s) simultané(s) aujourd'hui: 5 , à 12:03 am UTC
Ce mois: 17 , à 10-25-2020 11:16 am UTC
Cette année: 381 , à 01-26-2020 03:13 pm UTC
Tout le temps: 6044 , à 01-26-2011 10:53 am UTC
%d blogueurs aiment cette page :
11134050